La quarantaine d’émotions

Le yoga n’est pas une injonction au bonheur. C’est plutôt accepter toutes ses émotions et apprendre à mieux vivre avec au quotidien

Pendant la pause pascale, un de nous a eu un visiteur impromptu, alias le covid-19, et nous avons dû nous mettre en quarantaine. Réorganisation de la maisonnée, masque à l’intérieur, pas de contact physique, confinés chacun dans son coin. Même si on a des conditions relativement optimales pour vivre ainsi, ça a été parfois compliqué, émotionnellement et mentalement.

À la fin de la quarantaine, j’ai eu un trop plein d’émotions sorti je ne sais d’où. Ce qui a apporté des moments plutôt intenses avec un soupçon de drame et une grosse pincée d’émotivité. J’étais tellement à fleur de peau que je n’arrivais pas à gérer mes émotions, encore moins celles des autres.

Oui, je sais, ce n’est pas à moi de gérer les émotions des autres, j’ai bien assez de mes démons sans prendre en charge ceux des autres. Ce que je veux dire ce sont mes émotions par rapport à la réaction des autres. On me fait des demandes auxquelles je ne peux répondre. Donc par défaut, la réponse est non. Ma réponse négative va déclencher des réactions mauvaises que je n’avais pas la force de recevoir, donc j’étais prise dans un étau.

Et pourtant, j’avais médité le matin-même. 😆

Notre palette d’émotions et de sentiments est ce qui nous rend humain

Pourquoi je vous parle de tout cela? Pour vous dire que le yoga n’est pas une injonction au bonheur. Cette surenchère moderne à vouloir être tout le temps heureux sous peine d’échec de développement personnel.

On pense souvent, à tort, que les yogis ne sont jamais malades, ne sont jamais fâchés, ne sont jamais découragés ni stressés. C’est vite oublier que notre palette d’émotions et de sentiments est ce qui nous rend humain. On a tous des hauts et des bas. Je ne connais personne qui a atteint le samadhi, état de plénitude recherché en yoga. Les gens qui l’ont vraiment connu n’en parle pas, selon moi, car il s’agit d’un vécu personnel qui ne se partage pas. C’est un objectif auquel on tend parce qu’en chemin, on ressent un contentement, un espace sûr, une harmonie intérieure… parfois, souvent, occasionnellement… mais probablement pas en tout temps si on vit une vie normale en société. Certainement pas si on a des enfants! 🤣

Plus on pratique, plus ça vient, c’est vrai. Parce que le yoga nous apprend à ne pas nous laisser submerger par les émotions négatives. Et les quelques secondes de plénitude ressenties à l’occasion valent leur pesant d’or si seulement parce qu’on va faire les efforts quotidiens pour les reproduire et allonger les secondes de liberté toujours un peu plus.

Cultiver la compassion et accepter nos vulnérabilités

Ceci dit, plutôt que de chercher à être tout le temps heureux, on pourrait cultiver la compassion et accepter nos vulnérabilités. Ce n’est pas y céder ni y plonger, c’est prendre soin de nous tout simplement. Le yoga nous aide à accepter toutes nos émotions, à ressentir ce dont nous avons besoin de ressentir, à accepter qui on est au moment « x »; il nous apprend à vivre mieux avec nos émotions pour tendre vers un mieux-être au quotidien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close